Dictée de CM2 : quelles sont les fautes les plus courantes ?

« Le soir tombait. Papa et maman, inquiets, se demandaient pourquoi leurs quatre garçons n’étaient pas rentrés. – Les gamins se sont certainement perdus, dit maman. S’ils n’ont pas encore retrouvé leur chemin, nous les verrons arriver très fatigués à la maison. – Pourquoi ne pas téléphoner à Martine ? Elle les a peut-être vus ! Aussitôt dit, aussitôt fait ! À ce moment, le chien se mit à aboyer. »

C’est sur ce court texte que l’agence des statistiques du ministère de l’éducation nationale et de la jeunesse (Depp) évalue, depuis 1987, les performances orthographiques des élèves de CM2. Proposée à un échantillon d’élèves en 1987, 2007, 2015 et 2021, cette dictée de 67 mots et 16 signes de ponctuation a pour objectif d’évaluer le degré de maîtrise de l’orthographe de mots usuels et de règles orthographiques grammaticales (accord entre le sujet et le verbe, accords dans le groupe nominal et accords du participe passé). En trente-quatre ans, le nombre d’erreurs a augmenté de manière régulière, pour passer de 10,7 fautes en moyenne en 1987 à 19,4 en 2021.

Ralentissement de la hausse du nombre moyen d’erreurs

L’augmentation du nombre de fautes s’avère toutefois moins marquée entre 2015 et 2021 (avec en moyenne 1,4 faute en plus, contre 3,3 fautes supplémentaires entre 2007 et 2015). Ainsi en 1987, 30,7 % des élèves effectuaient cinq erreurs ou moins. Ils n’étaient que 7 % en 2021. À l’inverse, la proportion d’élèves de CM2 ayant commis au moins 25 erreurs culmine à 27,5 % en 2021, contre 6,9 % en 1987.

L’étude met également en lumière un décalage de résultats entre les élèves faisant peu d’erreurs, moins nombreux qu’en 1987, et ceux qui cumulent les fautes orthographe, de plus en plus nombreux.

L’accord entre le sujet et le verbe, principale source d’erreurs

Les erreurs lexicales sont les moins fréquentes : en 2021, comme en 2015, les élèves comptabilisaient en moyenne trois erreurs. Les substantifs « soir », « maison », « chien » ou encore « papa » et « maman » continuent d’être écrits correctement par plus de neuf élèves sur dix. Les articles définis sont également maîtrisés par plus de 90 % des élèves. Le pourcentage d’écriture correcte de l’adverbe « certainement » perd toutefois 4,7 points par rapport à 2015 et 18,3 points par rapport à 1987, avec un taux de réussite de 43,1 % seulement.

C’est l’accord entre le sujet et le verbe qui pose le plus de difficultés aux élèves. Dans la phrase « le soir tombait », seuls 56,9 % des élèves conjuguent le verbe correctement en 2021. Ils étaient 87 % en 1987. De même, dans la phrase : « Papa et maman, inquiets, se demandaient pourquoi… », le verbe n’est correctement orthographié que par 42,8 % des élèves en 2021, contre 70,5 % en 1987.

Parmi les dix mots qui présentent un taux de réussite inférieur à 50 %, on retrouve aussi « inquiets » (25,3 %), « fatigués » (35,8 %), « verrons » (36,9 %), ou « arriver » (46,7 %). La palme du mot le moins bien orthographié revient à l’accord du verbe voir dans la phrase : « Elle les a peut-être vus ! », le verbe voir renvoyant au sujet « les gamins ». Déjà en 1987, seuls 32,2 % des élèves réussissaient à l’orthographier correctement. Ils n’étaient plus que 17,4 % en 2021.

Différences filles garçons et origine sociale

Cette étude montre également que les performances des filles en orthographe sont supérieures à celles des garçons. Elles ont fait en moyenne 17,7 erreurs tandis que les garçons en comptabilisaient 21,1. Cette différence entre filles et garçons demeure globalement stable depuis 1987.

Les performances en orthographe dépendent en outre du niveau global de maîtrise de la langue ainsi que de l’origine sociale des élèves. Selon un indice de performance des élèves élaboré en fonction du niveau social de leurs écoles, la Depp a identifié quatre groupes d’établissements, de ceux qui accueillent les enfants les moins favorisés à ceux accueillant les plus favorisés. Les élèves du premier groupe, les moins favorisés, font en moyenne 21,9 erreurs contre 15,5 chez les plus favorisés.

lien source : Dictée de CM2 : quelles sont les fautes les plus courantes ?