«L'imaginaire de Hayao Miyazaki en tapisserie d'Aubusson» : émotion avec la première tombée de métier à suivre en direct ce vendredi 25 mars

Après onze mois de tissage, la première tapisserie de la tenture «L’imaginaire de Hayao Miyazaki en tapisserie d’Aubusson» sera révélée au public ce vendredi 25 mars.

La tombée de métier sera l’occasion de découvrir pour la première fois cette œuvre monumentale.

Extraite du film «Princesse Mononoké», cette tapisserie de 5 mètres de haut sur 4,6 mètres de large pourra ensuite être observée sur place, notamment à l’occasion d’un week-end spécial dédié au Japon les 26 et 27 mars dont l’alléchant programme est à retrouver ici.

Elle rejoindra ensuite l’espace Miyazaki spécialement créé à la Cité tout le mois d’avril et tout l’été, est-il annoncé.

Vivre la tombée en direct

Pour les plus impatients de la découvrir, l’événement sera retransmis en direct sur la chaîne Youtube de la Cité (et ci-dessous) ce vendredi, avec au programme à 14h45 la tombée de métier de la tapisserie intitulée «Ashitaka soulage sa blessure démoniaque», puis à 15h30, son dévoilement dans l’auditorium de la Cité internationale de la tapisserie.

[embedded content]

Dans la scène représentée, extraite donc du film d’animation «Princesse Mononoké» – une fabuleuse ôde à la nature sortie en 1997 – un sanglier possédé par un démon a blessé au bras le jeune Ashitaka. À son tour pris par la malédiction, le jeune guerrier est appelé à une mort prochaine s’il ne parvient pas à trouver le moyen de s’en défaire. Accompagné de sa monture Yakul, il part vers l’Est dans l’espoir de vaincre cette menace qui pèse sur lui mais aussi sur tout le pays et trouve refuge dans un bois de cèdres où il trempe son bras, déjà rongé par la malédiction, dans l’eau fraîche.

Un travail titanesque

Trois lissiers de l’atelier aubussonnais Guillot, le père, la mère et le fils, se sont attelés à l’ouvrage, entre huit et dix heures par jour pendant un an pour rendre l’image la plus vivante possible. «On est sur un projet réalisé en multiples contextures, c’est-à-dire qu’on va utiliser plusieurs textures en fonction des besoins de l’œuvre. Par exemple, au niveau du rendu des écorces, on va travailler avec un creusé, avec différentes textures, soit plus grosses, soit plus fines, ce qui va nous permettre de donner l’illusion optique d’avoir une écorce sur un arbre. Ça se joue à quelques millimètres mais c’est suffisant pour donner l’illusion. On recherche en amont les couleurs, on travaille avec différentes matières, avec des laines bouclettes aussi pour les mousses sur cet arbre. On innove et on sort des sentiers battus !», avait confié Patrick Guillot à France Bleu au tout début du travail qui a succedé celui de la réalisation du carton.

[embedded content]

Choix des laines, formats, couleurs…  Tout n’a été que patience et minutie en coulisses…

[embedded content]

Un partenariat avec le vénérable studio Ghibli

La Cité internationale de la tapisserie à Aubusson a en fait signé une convention avec le studio d’animation japonais Ghibli pour la réalisation de cinq tapisseries à partir d’images extraites des films du réalisateur Hayao Miyazaki.

Inscrite au patrimoine culturel immatériel de l’humanité en 2009 par l’Unesco, la tapisserie d’Aubusson vise aujourd’hui à toucher un public jeune et à renouer avec la tradition de la tenture narrative. «L’idée des grandes tentures est vraiment de renouveler l’image que le grand public se fait de la tapisserie», avait expliqué pour France Bleu Jean-Philippe Trapp, chargé de mission au développement économique à la Cité internationale de la tapisserie d’Aubusson.

En 2017, l’institution avait déjà commandé une tenture-événement, «Aubusson tisse Tolkien», composée de treize tapisseries et d’un tapis, d’après des illustrations de l’écrivain britannique.

En s’associant avec les studios Ghibli, la Cité de la tapisserie s’offre donc de nouveau un beau coup de pub à l’international. La NHK, la télévision publique japonaise est même venue tourner un reportage dans la cité d’Aubusson située à mi-chemin entre Clermont-Ferrand et Limoges.

[embedded content]

Le Voyage de Chihiro prochain film à l’honneur

La deuxième tapisserie de la tenture «L’imaginaire de Hayao Miyazaki en tapisserie d’Aubusson» sera extraite du «Voyage de Chihiro» (2001). Elle commencera à être tissée en septembre prochain. L’équipe a choisi la scène du banquet où s’affrontent l’héroïne Chihiro et le Sans Visage, étrange chimère solitaire et possessive. Et les tissages s’enchaîneront ensuite pour que la tenture soit achevée fin 2023.

Les autres scènes seront extraites des films Le Château Ambulant (2004) et, pour deux tapisseries distinctes, Nausicaä de la Vallée du Vent (1994).