Mondiaux en salle : la France termine avec deux médailles grâce aux haies

L’équipe de France d’athlétisme, privée de Kevin Mayer et Renaud Lavillenie, a décroché deux médailles lors des Mondiaux en salle grâce à ses hurdleurs.

Ils peuvent les remercier. Avec deux podiums (avec l’or de Cyréna Samba-Mayela et l’argent de Pascal Martinot-Lagarde sur 60 m haies) et une 4e place pour Valentin Lavillenie à la perche (avec un record personnel à la clé en 5,85 m), les Bleus ont limité les dégâts à Belgrade.

Sans Kevin Mayer, blessé au tendon d’Achille, et Renaud Lavillenie, à court de forme, la petite délégation tricolore (10 athlètes) pouvait craindre le pire en Serbie après les deux échecs cuisants subis aux Championnats du monde de Doha en 2019 (2 médailles) et aux JO de Tokyo en 2021 (1).

Un bilan satisfaisant

Une bonne bouffée d’oxygène pour la Fédération française d’athlétisme qui peut respirer avant les deux grosses échéances estivales, les Championnats du monde à Eugene (15-24 juillet) et l’Euro à Munich (15-21 août) qui dresseront le véritable état des lieux de la discipline, à deux ans des Jeux de Paris. 

«Le bilan global est très satisfaisant, s’est félicité Romain Barras, le nouveau directeur de la performance de la FFA. On a eu des athlètes qui ont réussi à répondre présents le jour J. J’espère que cela va enclencher une dynamique. On a une belle génération qui arrive, avec des athlètes qui, comme Cyréna Samba-Mayela, font partie du dispositif Ambition 2024. Cela montre aux autres que c’est possible.»

Au classement, les Bleus terminent sixièmes à égalité avec les Bahamas, le Brésil, l’Espagne, le Portugal et l’Ukraine. L’Ethiopie termine première avec 9 médailles dont 4 en or. Les Etats-Unis, deuxièmes (3 médailles d’or), décrochent le plus de médailles de la compétition (19).

A noter que lors de ces Mondiaux, les Tricolores ont étrenné leur toute nouvelle tenue créée par leur équipementier Adidas.